Logo 1

Love is King

28 octobre 2021

Virginia Constantine

Love is King

01. When I Get Over You
02. Fools To Believe It
03. (Been Too Long In) New York City

Dans ce nouvel album, Virginia Constantine cherche à retrouver ce qui est véritablement son ADN : du jazz qui ne soit pas élitiste et de la pop qui ne soit pas simpliste. Une passerelle entre deux mondes qui corresponde à sa culture et à ses envies. Elle tend à se rapprocher de ces artistes qui ont su, par le passé, emprunter cette voie que l’on pourrait qualifier aujourd’hui de crossover. Rickie Lee Jones ou Norah Jones font partie de ces artistes à part qui font passer l’émotion brute avant la technique, qui, avec un chant pourtant marqué par le jazz, arrivent à chanter des chansons pop, folk ou rock avec un naturel déconcertant. C’est de cette évidence là dont se nourrit Virginia Constantine. La fusion des styles ne l’effraie pas dans la mesure où elle conserve le sien. Ce swing inimitable et cette voix grave et feutrée comme du velours, tout paraît facile pour cette enfant de la balle, baignant depuis la naissance dans la musique. A part deux reprises, les titres sont des originaux. Virginia Constantine a cent fois remis sur le métier son ouvrage en ciselant textes et musiques, pour aboutir à cette épure.
Pour l’aider à entériner l’aboutissement de tant d’années de travail, elle a fait appel au réalisateur et arrangeur Frank Eulry dont les expériences passées mettent en évidence sa capacité à assimiler les différents styles musicaux. Sur cet album, Pop et Jazz cohabitent parfaitement car le traitement de la musique et du son est harmonieux et apaisant. Sublimer la voix et retransmettre toute son émotion était la priorité absolue et le challenge permanent de ces enregistrements.
Les arrangements font la part belle aux sons acoustiques, aux cordes, aux cuivres, laissant les musiciens exprimer leur excellence. Enfin, le choix d’Hubert Salou, amoureux du « beau son », pour enregistrer et mixer cet album semblait être une évidence. Comme Frank Eulry, son parcours et ses goûts ne pouvaient que servir un tel projet. Dans une époque où bien souvent les machines remplacent les hommes, ce nouvel opus de Virginia Constantine sonne le retour à l’humain, à l’émotion, au vrai.